Bonjour la covid-19 ! Le 1er Janvier 2020, comme tous les ans, nombreux étaient les différents souhaits émis par chacune de presque 8 milliards de personnes peuplant notre planète. Bonne année, Meilleurs vœux de paix, de prospérité et de santé et bien d’autres. Qui aurait pensé à l’inévitable? L’inimaginable? Un virus microscopique de 3 syllabes : SARS-coV-2 allait tuer 7 mois plus tard plus de 400 000 personnes à travers le monde. 

Nous garderons sans aucun doute en mémoire et pour longtemps la covid-19. C’est en Chine Centrale plus précisément dans la province du Hubei que le premier cas est survenu. Quelques semaines après le virus chinois fait écho dans les plus grandes chaines de télévision et de radio. Deux mois plus tard, panique dans le monde suite à des milliers de morts en Chine, en Espagne, en Italie dont les conséquences sont décès, couvre-feux, fermeture des frontières, confinement, port du masque, récession économique à l’échelle mondiale et bien d’autres. 
Certes 2020 n’est pas l’année 20 sur 20 à laquelle on s’attendait; c’est sûr qu’en parler nous prendrait des jours ou même des semaines mais là n’est pas le but. Comme l’a si bien dit Pierre Hugues BOIVENU : <<On ne peut donner un sens à sa propre vie si nous ne réussissons pas à donner un sens aux évènements qui la façonnent>> néanmoins des points positifs sont à mettre en lumière.

L’Afrique s’en est tiré ! Oui enfin pour une fois nous avons eu la peau dure. 
Que ce soit sur le plan sanitaire ou économique, le continent noir a été le plus épargné par le coronavirus qui a eu très chaud chez nous. Continent le moins touché avec un peu plus de 5000 morts, cela s’explique de manière officielle par la réactivité des pays africains face à la crise suite à des maladies comme Ebola.
Officieusement (suivez mon regard) c’est la chaleur écrasante dont nous bénéficions sous les tropiques et l’utilisation de remèdes indigènes dans plusieurs pays parmi lesquels Madagascar ou encore notre cher Cameroun qui ont mis à mal la pauvre covid-19.

En plus de cela, le confinement mondial n’a pas eu que des effets négatifs (ah bon !?) à part sur le taux de divorce qui a augmenté de par le monde. Plus sérieusement les liens ont été resserrés. Cela semble paradoxal pourtant c’est la réalité.

Le fait d’avoir dû affronter la mort sans s’y être préparé a grandement contribué à rappeler aux uns et aux autres l’importance d’AUTRUI. Les familles se sont ressoudées, les relations améliorées, les rencontres sont devenues plus importantes que tout bref l’Homme a remis l’Etre Humain au centre des priorités. 
De plus les évènements familiaux qui étaient autrefois esquivés, remis à plus tard ou même négligés volontairement sont devenus des moments privilégiés et attendus. Profiter de ces proches pendant cette période était un luxe. Comme quoi à chaque chose malheur est bon.
Outre ces effusions de sentiments et de retrouvailles, la crise a ralenti les guerres, attentats et autres atrocités devenues banales à travers le monde. Entre nous où sont passées les tensions entre la Chine et les USA, Israël et la Palestine ou particulièrement chez nous les bruits de Boko Haram, la crise du NOSO, le tribalisme.

Le confinement a sauvé des vies en plus d’améliorer la qualité de vie de par la réduction de la pollution de l’air, l’arrêt momentanée des industries même le ciel, l’air et la terre ont un peu soufflées grâce à la covid-19.

De plus, cela a ouvert la voie à l’entrepreneuriat du futur car les entrepreneurs ont grandement bénéficié de cette crise.
De nouveaux métiers ou variantes de métiers ont vu le jour, créer de nouvelles économies notamment sur le digital à travers l’explosion des applications de télétravail, d’école digitale et des formations en ligne, moyens qui semblaient inutilisables avant la crise. Petit clin d’œil aux travailleurs qui rêvaient de vacances sans syndiques, aux écoliers qui ont dit ouf dans leur cœur pendant leurs vacances anticipées et à tous ceux qui ont tiré leur épingle du jeu durant cette crise.

Économiquement parlant ce fut du 50-50. Nombreux sont les entrepreneurs et investisseurs ayant fait fortune durant cette crise car avec la chute de l’économie le prix des actions a chuté ce qui a permis à plusieurs d’acquérir des titres à des prix dérisoires en vue de leur investissement.

Pour les entrepreneurs, ils ont été gâtés à l’infoprenariat, les business en ligne, les créateurs d’application pouvant aider à lutter durant cette crise ou même l’évènement de l’année (tchao covid) le BITCOIN dont tout le monde parle et qui monopolise l’attention depuis un moment.
Tant que nous vivons sourions.
L’année se termine malgré les hauts et les bas, le regard fixe vers l’avant la période de festivités approche de plus en plus.
Les fous rires, les cadeaux, les fêtes et réjouissances n’arrêteront pas de peupler notre quotidien encore plus en cette période de communion familiale que sont Noël et le réveillon de fin d'année. Come on breath we are still alive !
En résumé et pour paraphraser Warren Buffet qui a dit : <<C’est en temps de crise que les fortunes se créent>>, malgré le coronavirus, en vue d’entamer au mieux la nouvelle année, il serait judicieux de se focaliser sur les aspects positifs, tirer des leçons des points sombres afin de dénicher les opportunités y découlant dans l’optique d’entreprendre vu le système D dans lequel nous évoluons au Cameroun.

A la vue de cette année pleine de surprises, l’entrepreneuriat semble être le moyen le plus efficace de se prémunir contre les aléas car entreprendre est certes risqué mais au moins le risque est mesurable et malléable.

Cowork Africa reste disposé à vous accompagner en 2021 et au-delà, s'il vous ait tenté de recommencer, de faire le grand saut!

2021 une année incroyable s'annonce avec un avenir radieux en innovant, en partageant et en réalisant tous nos rêves!

0 comment(s)